Nos chroniques



Nos chroniques

[Billet] Extreme Rules 2019 : un vent de qualité souffle sur la WWE

Crédit photo : WWE

Cette chronique ne prend pas en compte les événements des RAW et SmackDown Live suivants.

Alors que depuis plusieurs mois maintenant la WWE s’efforce de nous offrir le plus mauvais produit qu’il soit tout en réalisant des gains financiers plus que profitables (nous gardons tous en mémoire la piètre qualité et les nombreux tolets suscités par les shows en Arabie Saoudite), il semblerait que cette dernière essaie de se ressaisir par tous les moyens. Le premier changement de direction a été effectué le 27 juin dernier, seulement quelques jours après l’événement Stomping Ground, lorsque la ligue américaine a annoncé l'arrivée de Paul Heyman et Eric Bischoff aux places de directeurs exécutifs de RAW et Smackdown Live. La fédération portée par Vince McMahon a t-elle réussi à maintenir le cap ou a t-elle viré à bâbord lors de son évènement Extreme Rules ? C’est ce que nous allons découvrir au travers de ce billet.

 

Des stipulations stimulantes

Les matchs à stipulations (diverses et variées) ont contribué à la gloire de la WWE pendant de très nombreuses années et si lors de ces dernières éditions le Pay Per View n’avait que son nom d’extrême, il semblerait que cette opus 2019 ait définitivement changé la donne. Les hostilités qui commencent avec le No Holds Barred Tag Team Match afin de bien chauffer la foule et la soirée qui se ponctue par le match pour le titre Universel et le titre féminin de Raw dans un match à triple stipulations, tout en alternant matchs à stipulation, de titre et des matchs simples, le reste du temps, relève d’un booking aussi bien ficelé qu’un rôti de porc. Mais même si l’ensemble des superstars se sont surpassées afin de nous offrir le plus beau des spectacles, deux catcheurs tirent leur épingle du jeu. Il s’agit de Bobby Lashley et Braun Strowman qui ont combattu dans un Last Man Standing Match qui se positionne dans la lignée des plus grands combats que la WWE n’a jamais connu, et qui pourrait bien être le match de l’année 2019 ! Tout était réuni dans cet affrontement afin de stimuler les hormones du bonheur : de la brutalité, de l’agressivité, des spots dans plusieurs endroits de l’arène et un final explosif auront eu raison de la soirée. L’autre point positif de cette onzième édition est la très grande qualité technique dont ont fait preuve la plupart des talents dans leur combat respectif. Nous retiendrons par exemple la prise double de soumission effectuée par la championne Bayley ou encore la double superplex opérée par The Architect et The Man sur leurs challengers du soir. Notons au passage que l'Undertaker était dans une forme exceptionnelle pour son combat au côté du Big Dog, de quoi rayer de la mémoire des fans sa dernière prestation face à Goldberg. Enfin nous nous devons de vous donner un point négatif concernant la carte de cet événement et celui-ci est le squash de Kevin Owens sur Dolph Ziggler. Si la victoire express du canadien sur l’américain nous a tous pris de court, nous espérions tout de même un match d’une toute autre intensité ce qui aurait sûrement donné un autre tournant à cette rivalité. 

 

La valse des champions

Alors que nous étions en mesure de nous demander si cette soirée à Philadelphie allait être synonyme de changements au niveau des têtes de couronne de la fédération ou si le line-up allait rester à l’identique, la fédération de Stamford nous a montré qu’elle savait pratiquer à la perfection la valse chère à François Feldmann. Hier soir ce sont onze superstars qui sont entrées championnes, mais seulement six d’entre elles ont réussis à repartir avec leur titre autour des hanches. Si l’issue de plusieurs combats était prévisible, nous avons été agréablement surpris de la victoire du New Day sur les champions par équipe de Smackdown ou encore de la défense de titre réussie de Bayley. Le clou du spectacle avait lui aussi tout pour plaire avec notamment une Lacey Evans et un Baron Corbin qui n’ont pas redoublé d’efforts et d’imagination afin d’essayer de s’emparer des titres féminin et universel. Si de nombreux fans doutaient et remettaient en cause l’alchimie entre Seth Rollins et Becky Lynch, ces deux derniers ont démontré le contraire en envoyant manu militari leur deux ennemis communs. Le show s’est terminé par une dernière danse pour Seth Rollins qui s’est vu défait de son titre mondial par le Mister Money In The Bank Brock Lesnar. Au cours de cette soirée la WWE aura donc joué la sécurité en s’assurant de garder des champions ayant de la bouteille et en couronnant des superstars qui n’ont plus à faire leurs preuves. Il peut s’agir ici du deuxième point négatif de l’événement. Repositionner Brock Lesnar au rang de champion permet certes d’assurer des revenus mais va également à coup sûr enterrer une dernière fois l’intérêt porté par les fans au titre Universel.

 

Un show extrême pour assurer un avenir de sécurité?

Si ces derniers mois les shows hebdomadaires et la majeure partie des grands événements ont été parfois médiocres, il semblerait que la WWE ait entendu la sonnette d’alarme tirée par la Fox et USA Network. L’inconnue majeure de l’équation était de savoir si les stipulations allaient être aussi extrêmes qu’elles n’y paraissaient sur le papier et au terme de cette soirée on ne peut que féliciter la fédération. Cette dernière a réussi à redorer son blason en laissant plus de libertés à ses superstars et nous a redonné à nous, fans de catch, de l’intérêt pour son produit. Extreme Rules 2019 figure assurément dans les meilleurs Pay Per View de l’année et avec pas moins de cinq matchs à stipulation sur l’ensemble de la carte proposée hier soir, la fédération a mis les bouchées doubles afin de nous proposer un show fluide, divertissant, technique et de qualité. Cependant il n’en reste pas moins qu’elle opère un bond constant de le passé et ne met pas encore assez en valeur ses jeunes superstars qui ne demandent que de la reconnaissance et du temps d’antenne. Nous verrons dans les prochaines semaines si les affectations de Paul Heyman et d’Eric Bischoff dans le centre de pilotage des shows hebdomadaires permettront de palier à ce problème qui semble être incurable.

 

Je vous invite à réagir à ce billet en donnant vos impressions sur le show d'hier soir dans la section commentaires qui se trouve juste en dessous. Un seul mot d'ordre : bienveillance et respect. On se donne rendez-vous bientôt pour une nouvelle chronique sur le réseau Catch-Newz ! 


 Recommandé pour vous

Participant(s) à cette conversation

  1. Commentaire(s) (4)

  2. Ajouter le vôtre

Commentaire(s) (4)

This comment was minimized by the moderator on the site

Le billet est pas mal, je suis d'accord sur pas mal de point, mais Lashley/Strowman, match de l'année faut pas exagérer non plus lol. Je l'ai trouvé lent et long, pis au final y'avait pas grand chose, juste la cascade finale dans une boîte qui semblait surgimmické, j'ai bien aimé Strowman qui sortait de la boîte en mode Jack Nicholson dans Shinning, sinon le reste beaucoup de matchs étaient illogiques... Enfin je veux dire, ça sert à quoi de mettre des stipulations no dq pendant les tags, si...

Le billet est pas mal, je suis d'accord sur pas mal de point, mais Lashley/Strowman, match de l'année faut pas exagérer non plus lol. Je l'ai trouvé lent et long, pis au final y'avait pas grand chose, juste la cascade finale dans une boîte qui semblait surgimmické, j'ai bien aimé Strowman qui sortait de la boîte en mode Jack Nicholson dans Shinning, sinon le reste beaucoup de matchs étaient illogiques... Enfin je veux dire, ça sert à quoi de mettre des stipulations no dq pendant les tags, si les lutteurs restent sagement dans leurs coins à attendre le tag ? A voir par la suite, mais oui ça sent le changement, le end of days sur Becky, personne ne s'y attendait, et c'est une bonne chose je pense d'offrir des moments comme ça. A voir par la suite.

Lire la suite
Jo Rédacteur    AngelHBK
This comment was minimized by the moderator on the site

En effet j'ai bien apprécié ce match mais il est vrai qu'au moment de rédiger la chronique je me suis peut-être un peu emballé en disant qu'il pourrait bien être "LE" match de l'année, je rectifie donc en disant plutôt qu'il figurera assurément parmi les meilleurs combats de cette année 2019 à la WWE.

Le "End of Days" sur Becky était tout simplement surprenant mais très intéressant quant à la direction que prennent les choses !
Merci pour votre retour sur ce billet, espérons que la...

En effet j'ai bien apprécié ce match mais il est vrai qu'au moment de rédiger la chronique je me suis peut-être un peu emballé en disant qu'il pourrait bien être "LE" match de l'année, je rectifie donc en disant plutôt qu'il figurera assurément parmi les meilleurs combats de cette année 2019 à la WWE.

Le "End of Days" sur Becky était tout simplement surprenant mais très intéressant quant à la direction que prennent les choses !
Merci pour votre retour sur ce billet, espérons que la fédération continue dans cette lancée !

Lire la suite
This comment was minimized by the moderator on the site

A oui vous avez vraiment surkiffer le match lashley/Strowman

Moi aussi mais étrangement dans le même genre je préfère le match Miz/Shane a Mania

mais oui le combat était épique mais ils aurait pu en faire bien plus vue les force en présence

Jo Rédacteur    Maverickd
This comment was minimized by the moderator on the site

J'ai en effet apprécié ce combat, après il est vrai qu'ils auraient pu faire un peu plus de spots mais ils ont déjà fait un effort considérable afin de nous offrir un match digne du nom "Last Man Standing"

Il n'y a aucun commentaire de publié ici pour l'instant.

Suivez-nous

Publicité

© 2007-2019 Tous Droits Réservés Catch-Newz. La reproduction et exploitation du texte sont strictement interdites sans accord écrit au préalable.

Recherche