Nos chroniques



Nos chroniques

Histoire à Conter #4 : Rédemption ou Déchéance ?

Crédit photo : AEW

La plus grande force du catch, c'est son public. La plus grande faiblesse du catch, c'est son public. La plus grande qualité du public, c'est le pouvoir qu'il a sur le catch. Le plus grand du défaut du public, c'est le pouvoir qu'il a sur le catch. Comme des reflets l'un de l'autre, ils sont opposés et identiques ; comme des rivaux, ils se sauvent et s'assassinent. Nous avons vu des rivalités qui nous ont dévastés, qui nous ont émerveillés, qui nous ont fait rêver avant de nous dégoûter. Voyons maintenant l'histoire d'un homme dont les débuts nous ont laissés de marbre avant de devenir l'un des catcheurs qui nous a le plus intrigués. Un homme qui, pour peu qu'il prend de la hauteur, semble condamné à chuter d'un cou(p). Son surnom résonne alors de façon bien morbide ... Voici le parcours de "Hangman" Adam Page à l'AEW.

On pouvait difficilement faire meilleur début : premier vainqueur de la Casino Battle Royale, il gagne ainsi une opportunité tout aussi royale pour le Championnat du monde contre Chris Jericho. Hélas, en dépit de l'excellence de leur confrontation, Adam Page fut bien incapable de venir à bout de Y2J ; plus expérimenté, plus roublard et, pire que tout, préféré par le public. Car il est bon de rappeler qu'il s'agissait du premier match pour le titre principal d'une fédération encore toute jeune, les spectateurs avaient une myriade de noms à associer au titre mais Adam Page n'en faisait pas partie. Face à Cody Rhodes, aux Young Bucks, à Kenny Omega et à Chris Jericho ; Adam Page aurait été immédiatement désavoué par les fans. À quoi cela sert d'être très bon quand les autres sont meilleurs ? Le rêve de succès doit laisser sa place à l'amertume de l'échec : il est loin d'avoir les épaules pour le titre et personne ne semble vouloir du cow-boy.

Erreur. L'Élite, formée des Bucks, de Cody et d'Omega, semble voir en lui un futur champion et lui propose de l'aider. À partir de cet instant, le calibre de ses rencontres monte crescendo notamment en équipe avec Omega. Malheureusement, cet apparent remède est aussi son poison : Page ne sent pas partie intégrante du groupe, les Bucks ont l'air de tout juste le tolérer et seules la sympathie et la patience d'Omega parviennent à le sortir de sa mélancolie. Les semaines d'association avec l'Élite sont pour lui une succession de non-dits où il est de plus en plus flagrant qu'il est la brebis galeuse de la faction, le membre le plus dispensable. Porté sur l'alcool, c'est dans ce dernier qu'il va chercher à égarer son complexe d'infériorité mais il y trouve autre chose : la solitude.

Tout change lorsque lui et Oméga deviennent champions par équipe. Malgré leur erreurs de communication, ils sont parvenus à obtenir ce que les Bucks n'ont qu'effleuré. Enfin il détient quelque chose qu'eux n'ont pas ; s'il n'a pas leur respect, il lui reste au moins ça. Le cow-boy peut oublier un temps la comparaison permanente avec le reste du groupe ; il n'est pas "le dernier mec de l'Élite", il est "Hangman" Adam Page !

Cependant, presque réglé comme une horloge, le leitmotiv se répète. Les Bucks ne le reconnaissent toujours pas à sa valeur ; pour eux, il n'a fait qu'abuser  leur gentillesse (pour ne pas dire faiblesse) afin de gravir les échelons : s'il en est là, c'est grâce à eux et Oméga. L'or de son titre ne le protège pas de leur regard de mépris. Heureusement, il lui reste Kenny Oméga, le seul qu'il peut vraiment considérer comme son partenaire. Malheureusement, un bon catcheur et un bon catcheur ne forment pas forcément une bonne équipe de catch et les approximations, les désaccords et les différences se creusent au fil des rencontres. La plus cruelle étant celle face aux Young Bucks qui fut le théâtre d'une animosité bien réelle ; pour un soir, Page et eux n'étaient pas rivaux mais ennemis. Page et Oméga l'emportèrent mais cette victoire était sans saveur. Même en les battant, Adam Page était prisonnier de ses échecs, un figurant de sa propre histoire, condamné à regarder le gouffre qui les séparait s'agrandir. Rien n'a changé.

La hache de guerre semble enterrée, les 4 hommes remportent le premier Stadium Stampede match contre l'Inner Circle mais le cow-boy ne va pas mieux. Une nouvelle rencontre va alors dissiper son mal-être : FTR, équipe composée de Cash Wheeler et Dax Harewood. Les nouveaux venus se lient très vite d'amitié avec lui, ils boivent ensemble et sont d'accord sur bien plus de choses que lui et Oméga ; notamment quand cela concerne les Young Bucks. Machiavéliques, ils lui diront ce qu'il veut entendre et appuieront sur son sentiment d'échec en le rejetant sur les Bucks. Ils parviendront alors à le manipuler pour qu'il intervienne en la défaveur des frères Jackson dans un tournoi qualificatif pour les titres par équipe. Furieux, ils le bannissent du groupe non sans rappeler qu'il est là grâce à eux. C'est finalement bien FTR que Page et Oméga, déboussolés par cette semi-trahison, affrontent à All Out. Tel un dernier coup de la fatalité, Adam Page est l'homme sur lequel s'exécute le tombé victorieux. Au bord de l'abîme de la déprime, il n'est soutenu que par Oméga ... qui le laisse alors tomber. Il gît donc seul, au milieu du ring, abandonné de tous. Voici le triste conte d'Adam Page, le cow-boy solitaire.

Mais cela en sera-t-il la conclusion ?


 Recommandé pour vous

Ils ont partagé leur avis

  1. Commentaire(s) (3)

  2. Ajoute le tien
Commentaire supprimé par Catch-Newz.

Très belle chronique encore une fois sur un des personnages les plus intéressants d'AEW.
Cependant, je trouve qu'il est trop tôt pour vouloir raconter l'histoire du pauvre cow-boy solitaire, et qu'il aura encore des semaines et des mois de galères à surmonter de nombreuses péripéties avant de trouver un mentor ou un vrai ami qui l'aidera à se sauver pour vaincre tous ses démons et son ancien meilleur ami devenu pire ennemi pour le titre mondial.
Terminer l'histoire du "bourreau" maintenant...

Très belle chronique encore une fois sur un des personnages les plus intéressants d'AEW.
Cependant, je trouve qu'il est trop tôt pour vouloir raconter l'histoire du pauvre cow-boy solitaire, et qu'il aura encore des semaines et des mois de galères à surmonter de nombreuses péripéties avant de trouver un mentor ou un vrai ami qui l'aidera à se sauver pour vaincre tous ses démons et son ancien meilleur ami devenu pire ennemi pour le titre mondial.
Terminer l'histoire du "bourreau" maintenant serait une erreur et une opportunité gâchée à la fois de développer encore plus l'histoire sur de longs mois et ça ralentirait le personnage d'Omega du même coup.

Lire la suite
Altgov
Commentaire supprimé par Catch-Newz.

Tout à fait. C'était l'idée que je voulais faire passer avec le titre et la conclusion dans une moindre mesure. Le parcours de hangman page est looooooin d'être fini mais on arrive clairement à un tournant (notamment pour le match de ce soir). Parti comme elle est, j'en ferai très certainement une partie 2 dans un an

Lio
Commentaire supprimé par Catch-Newz.

Après avoir touché le fond il remonte en puissance en solo avec de belles victoires et de très beaux matchs. Il ne peut que avancer. Clairement un de mes préférés.

Beati-mortui57
Et si tu étais le premier à partager ton avis ?

Suivez-nous

Publicité

© 2007-2021 Tous Droits Réservés Catch-Newz. La reproduction et exploitation du texte sont strictement interdites sans accord écrit au préalable.

Recherche