Nos chroniques



Nos chroniques

Review et notes de NJPW "Strong Style Evolved"

 

En pleine période de WrestleMania, la NJPW commence à placer ses pions. En plus de multiplier les shows d'ampleur, la compagnie japonaise s'invite carrément sur le territoire américain, à quelques jours de WM 34. Présenté dans un bien bel édifice (la Walter Pyramid de Long Beach en Californie), la New Japan a proposé un spectacle complet et à la hauteur de ses ambitions occidentales. Bien que fidèle à ses traditions, la promotion a clairement essayé d’américaniser son produit le temps d'un show.

 

   •   1. Roppongi 3K vs. SoCal Uncensored : Un opener idéal, avec tout ce que j'aime dans ce genre de petits combats sans enjeux majeur. Quelques spots ici et là, des enchaînements sympas mais sans en faire trop, de la psychologie, une bonne ambiance... Un vrai bon début de show ! Le trio SoCal Uncensored m'a vraiment plus, surtout parce que c'est l'occasion de revoir Scorpio Sky sur le devant la scène. Note : ***1/4.

 

   •   2. Gedo & Hirooki Goto vs. David Finlay & Juice Robinson : Quitte à décevoir certains de ses fans, je n'accroche toujours pas à Juice Robinson et ce malgré son évidente progression. Ce personnage hyper-flamboyant ne se marie vraiment pas avec l’atmosphère de la New Japan, même lors d'un show américain. J'ai même été plus attiré par David Finlay, qui commence sérieusement à se faire un (pré)nom. De son côté Hirooki Goto me fait toujours autant de peine, lui qui possède autant de qualités. C'était presque sarcastique de le voir en équipe avec Gedo, le booker de la NJPW qui semble si mal l'utiliser. Note : ***.

 

   •   3. Chuckie T & Toru Yano vs. Killer Elite Squad : Une rencontre dénouée de saveur qui m'a fait penser à certains tag team matches sans enjeux que l'on voit à Raw. Clairement le K.E.S est sur la fin, et j'aimerai voir la compagnie trouver une autre équipe de poids-lourds pour les remplacer. De l'autre côté du tapis je suis content de voir Chuckie se faire une place chez les très grands, surtout qu'il a l'air d'être dans les petits papiers des officiels. Note : **3/4.

 

   •   4. BULLET CLUB (Cody & Marty Scurll) vs. Guerrillas Of Destiny (Tama Tonga & Tanga Loa) : Bizarrement le combat qui m'a le moins marqué de la soirée, il faut dire que vu les participants, l'affrontement ressemblait plus à un angle de 10 minutes pour évoquer les soucis du BULLET CLUB qu'autre chose... Cela dit aucune raison de faire la fine bouche, surtout vu la quantité de fun qu'a amené Marty Scurll à ce segment. Note : ***.

 

   •  5. Dragon Lee/KUSHIDA/Taguchi/Tanahashi vs. Los Ingobernables De Japon : Pas des masses à dire sur ce 4 contre 4 si ce n'est que L.I.J est une machine incroyablement bien huilée. Les voir au (quasi) complet est une garantie de match de qualité, l'envie de voir un championnat pour équipe de quatre m'a même traversé l'esprit pendant la rencontre (ne nous emballons pas trop quand même). Une bonne mise en bouche avant le début des hostilités. Note : ***1/2.

 

   •  6. Jushin "Thunder" Liger vs. Will Ospreay : La belle surprise de la soirée pour ma part. Vu l'âge de Liger et le côté démesuré d'Ospreay, je m'attendais à un combat très décousu, et je suis heureux de dire que je me suis magnifiquement trompé. Les deux poids-légers se sont très bien compris et j'ai constaté avec joie la maturation de Will, qui commence à mettre de plus en plus de psychologie dans ses matches. J'ai encore plus poppé sur son excellente promo d'après-match, qui m'a conquis. Note : ***3/4.

 

   •   7. Suzuki-gun (Minoru Suzuki & Zack Sabre Jr.) vs. Kazuchika Okada & Tomohiro Ishii : Simple et efficace, la New Japan continue de pusher Zack Sabre Jr. et le moins qu'on puisse dire c'est que l'anglais répond présent. Son Catch tout en transition est une évolution intéressante du style qu'il adoptait par le passé. J'apprécie évidemment l'alchimie qui s'opère entre lui et son mentor Minozu Suzuki, bien qu'ils aient été égalés dans ce match par Ishii et Okada. Entre Okada le général et Ishii le soldat dévoué, les deux forment une paire idéale que je meurs d'envie de revoir à l'avenir. Note : ***3/4.

 

   •   8. IWGP United States Heavyweight Title Match - Jay White (c) vs. Hangman Page : Bien qu'étant moins ouf sur le plan du workrate, j'ai préféré cette confrontation au main event (comme quoi les notes ne veulent pas tout dire). J'ai adoré la performance des deux catcheurs qui se sont livrés une guerre totale. Si Jay White me laisse encore un peu de marbre, j'ai été bluffé par Hangman Page. Pour moi ce-dernier a simplement réalisé son match référence, et vient clairement de passer un palier. Rude, agile, caractériel, le membre du BULLET CLUB a décidé d'accéder à l'échelon supérieur. Très hâte de le revoir en solo. Note : ****.

 

   •   9. IWGP Heavyweight Title Match - Golden Lovers vs. The Young Bucks : Je n'ai pas autant aimé ce combat que le reste des fans à en croire les notes qui circulent sur le net. Ne vous y méprenez pas, la qualité a été au rendez-vous, mais je trouve que quelques anomalies m'ont sorti du match par moment. Au-delà du fait qu'Ibushi a failli crever à trois reprises (lors du Moonsault à l'extérieur, de la combinaison avec Omega où les deux se percutent en plein vol, puis sur la Superplex presque ratée), la rencontre a souffert d'un rythme inégal. Par moment les échanges se faisaient à mille à l'heure, puis tout ralentissait sans raison et les deux équipes perdaient le public qui devenait complètement stoïque. Malgré tout cette guerre en 2 contre 2 reste à voir, clairement. Note : ****3/4.

 


 

  1. Commentaire(s) (0)

  2. Ajoute le tien
Et si tu étais le premier à partager ton avis ?
Encore plus: | |

Suivez-nous

Publicité

© 2007-2021 Tous Droits Réservés Catch-Newz. La reproduction et exploitation du texte sont strictement interdites sans accord écrit au préalable.

Recherche