Nos interviews



Interview de TK Cooper

 

 

Pour nos lecteurs qui ne te connaissent pas, peux-tu te présenter ?

Je m'appelle TK Cooper, je viens de la Nouvelle-Zélande et je catche depuis 6 ans à travers le monde. Il y a deux ans, j'ai déménagé au Rouyaume-Uni avec ma petite amie Dahlia Black pour poursuivre ma carrière professionnelle et gagner de l'expérience en apparaissant régulièrement à la PROGRESS Wrestling.

 

Comment es-tu devenu fan de catch ?

Un jour je suis tombé sur Smackdown alors que je regardais la télé et après la fin de l'épisode, je me suis assuré de ne pas rater celui de la semaine d'après.

 

Quand as-tu su que tu voulais devenir catcheur ? Comment ta famille a-t-elle réagi lorsque tu es devenu catcheur ?

Aussi loin que je me souvienne, plus je regardais du catch, plus je songeais à faire partie de tout ça. Ma famille m'a toujours soutenu dans mes décisions, donc rien n'a vraiment changé dans ma vie.

 

Qui a eu la plus grosse influence sur ta carrière ? Qui t'a le plus inspiré pour ton style sur le ring ?

Les deux premières personnes que j'ai regardées et que je ne pouvais pas oublier étaient The Rock et Eddie Guerrero, ce sont mes plus grandes sources d'inspiration.

 

Quels sont les meilleurs souvenirs de ta carrière ?

Tous les shows que je partage avec ma petite amie. Le fait de ressentir cette sensation d'achèvement après chaque show et d'avoir l'opportunité de partager tout ça, c'est irréel.

 

Pour toi, quelle est ta plus grande réussite dans le catch ?

Déménager au Royaume-Uni et tout ce qui se passe jusqu'à maintenant. C'était un pari très risqué de tout parier sur une carrière de catcheur en Angleterre et je suis très heureux que ça ait marché.

 

Si tu pouvais affronter n'importe qui en un contre un et dans un match par équipes avec ta petite amie ou Travis Banks, qui choisirais-tu ?

Pour ma part, j'aimerais principalement affronter ceux que j'ai mentionnés plus tôt si je le pouvais (Eddie Guerrero/The Rock). Et pour un match par équipe, que ce soit avec Dahlia ou Travis, je dirais un match contre les Young Bucks.

 

Comment es-tu senti quand tu es retourné en Nouvelle-Zélande et catché là-bas pour la première fois en 2 ans ?

Au départ, j'étais assez déçu de la situation et de devoir retourner à la maison (suite à la fin de son visa). Mais les réactions que nous avons reçues lorsque nous sommes revenus catcher en Nouvelle-Zélande étaient très flatteuses et inattendues. Le public se souvenait de nous, il regardait ce que nous faisions de l'autre côté du globe et ils ont été très réceptifs à nos brèves apparitions en Nouvelle-Zélande. C'était génial.

 

Que penses-tu de la scène indépendante en Angleterre ? Comment te sens-tu à l'idée d'en faire partie ?

Je ne connais pas vraiment autre chose en dehors de l'Angleterre, donc en ce qui me concerne, c'est la meilleure. C'est dur d'argumenter car la plus grosse partie de la scène anglaise sort de très bons matchs. Et le public revient à chaque fois, donc c'est assez cool de faire partie de ça en cette période.

 

Que penses-tu de la scène indépendante en général ? Penses-tu que les catcheurs deviennent plus compétitifs grâce à NXT ?

Je ne peux pas totalement me prononcer puisque je n'ai presque aucune expérience en dehors de l'Angleterre. On est dans une situation où plus l'Indy s'améliore, plus les gros noms savent qu'ils doivent suivre le rythme et en offrir plus pour garder le public. Donc tout le monde se pousse.

 

Pendant un show de la PROGRESS à New York, tu t'es disloqué la cheville, comment se passe ta rééducation ? As-tu de nouvelles informations concernant ton retour sur les rings ? Comment passes-tu tes journées loin des rings ?

En effet, je me suis disloqué la cheville et fracturé le péroné qui est l'os extérieur du tibia. La rééducation est en marche, c'est quelque chose de précieux, donc je prends mon temps pour être sûr que tout se soigne comme il se doit et dès que les docteurs et les kinés me donneront de bonnes nouvelles, je serais de retour. Au début, lorsque l'on m'a dit de ne rien faire, je restais allongé chez moi. Mais depuis, j'essaie de sortir autant que possible et de tester ma cheville pour voir ce que ça fait et où j'en suis au point de vue du rétablissement.

 

Comment t'es-tu sentis lorsque tu as su que tu allais rater des shows tels que les shows de la PROGRESS, la BOLA de la PWG,... ?

C'était la chose la plus dure à réaliser quand j'étais allongé à ne rien faire, que j'allais rater pas mal de grosses opportunités. Mais dans le catch, les opportunités n'arrêtent pas de se présenter d'elles-mêmes. Bien sûr, je suis dégoûté de ne pas avoir fait partie du « British Gang » qui a fait ses débuts à la PWG cette année lors de la BOLA, mais j'espère que mon rétablissement va bien se passer, et je touche du bois pour que je ne me reblesse plus. Je serais de retour à la PWG à un moment donné l'année prochaine et j'espère que plus d'opportunités comme celle-là vont se présenter.

 

Je ne sais pas pour toi mais pour moi, il y a pas mal de personnes intéressées par ce qu'il se passe sur la scène indépendante Australienne grâce à tous les catcheurs talentueux qui s'y trouvent. Je vois qu'il y a également pas mal de catcheur qui se font remarquer hors de l'Australie comme toi, Adam Brooks,... Penses-tu que la scène indépendante australienne sera la prochaine scène indépendante à exploser mondialement ?

Je l'espère ! Avec des gars comme Will Ospreay qui prennent de leur temps pour ramener des fans du monde entier vers des fédérations australienne et néo-zélandaise. J'aimerais voir plus de monde prendre de leur temps pour les talents Australiens et Néo-Zélandais car c'est une véritable mine d'or.

 

Comment vois-tu ton futur ? Où te vois-tu dans 5 ans ?

En bonne santé, tout d'abord. En dehors de ça, je n'aime généralement pas me projeter trop loin dans le futur, je préfère prendre les choses comme elles viennent. J'espère juste que dans 5 ans, je catcherai toujours dans plus de pays. J'espère que les gens me soutiendront toujours, et que ce sera toujours cool d'être fan de catch.

Pour conclure, j'aimerais vous remercier d'avoir lu, et je te remercie de m'avoir contacté.

 

Photo Illustration : Rob Brazier Photography / The Head Drop

 


 

Encore plus: |
  1. Commentaire(s) (0)

  2. Ajouter le vôtre

Commentaire(s) (0)

Il n'y a aucun commentaire de publié ici pour l'instant.

Suivez-nous

Publicité

© 2007-2019 Tous Droits Réservés Catch-Newz. La reproduction et exploitation du texte sont strictement interdites sans accord écrit au préalable.

Recherche